Des astuces et des conseils pour la cuisine

Cuisine

Vin rosé sans alcool : les trois méthodes de fabrication

Depuis des siècles, le vin a constamment connu une évolution et une réinvention. Pendant longtemps, il a été associé à des événements alcoolisés, mais depuis quelques années, une nouvelle tendance est en cours : le vin sans alcool comme le rosé. Une réponse remarquable aux nombreux consommateurs qui cherchent des produits contenant une teneur en alcool réduite pour des raisons de santé ou de mode de vie. Mais êtes-vous réellement au courant de la fabrication d’une telle boisson ? On va développer le sujet.

Méthodes de fabrication de vin rosé sans alcool

Les cépages sont le point de départ du vin rosé sans alcool, tout comme pour tout vin. Qu’il s’agisse d’un vin alcoolisé ou non, la sélection des raisins utilisés au début du processus de production, demeure identique. Ce n’est qu’après la fermentation, lors de la production de l’alcool, que le processus se déroule différemment. Il est difficile d’extraire l’alcool tout en préservant les caractéristiques essentielles du vin. Pour faire le bon choix de votre boisson non alcoolisée, consultez ce site web https://le-moderato.com/collections/vins-roses-sans-alcool.

A lire également : Restaurant cubain : la meilleure adresse à connaître sur Paris !

Les trois processus de base

Voici les principales approches employées pour atteindre cet objectif :

La distillation sous vide consiste à évaporer l’alcool à une température bien inférieure à celle de l’eau sous une pression réduite. On place le vin dans une colonne de distillation, où la pression est diminuée. Au fur et à mesure que l’alcool est chauffé, il s’évapore avant les autres composés. Les vapeurs d’alcool sont ensuite séparées et éliminées par la suite. 

Lire également : Sauce cheddar en un clin d'oeil

L’osmose inversée : Dans cette méthode, on emploie une membrane semi-perméable afin de distinguer l’alcool des autres éléments du vin. Dans un premier temps, le vin est pressé à travers la membrane, ce qui divise le liquide en deux flux distincts : 

  • un flux concentré : eau, arômes, couleurs
  • et un flux perméat riche en alcool. 

On extrait l’alcool du perméat et on recombine les deux parties. Elle conserve la composition moléculaire du vin et ses éléments aromatiques, ce qui revêt une importance capitale pour préserver sa saveur authentique.

Évaporation par colonne à cône rotatif : L’évaporation sous vide à basse température est utilisée pour extraire l’alcool. Le vin est placé dans une colonne à cône rotatif tout en étant soumis à une pression modérée. Par condensation, l’alcool et l’eau s’évaporent, ce qui permet de les séparer de l’eau. Finalement, l’eau est mélangée avec le vin. 

Les bienfaits pour les populations particulières

Le vin rosé sans alcool est une option saine pour différentes catégories de personnes. 

Pour les femmes en phase de grossesse, les seniors et les individus en traitement médical

Lorsque la consommation d’alcool est interdite, le vin sans alcool permet de savourer un verre sans mettre en danger la santé du bébé.

Les personnes âgées et les individus en traitement médical, souvent contraints d’éviter l’alcool, reconnaissent dans le vin rosé non alcoolisé une alternative. Cela leur permet de continuer à savourer les plaisirs de la table en toute sécurité.

D’autres bénéfices importants incluent la diminution du risque d’addiction et la compatibilité avec la conduite. Après avoir bu de l’alcool, conduire est un risque sérieux et l’une des principales causes d’accidents en France. C’est pourquoi le vin rosé sans alcool constitue une alternative responsable, offrant la possibilité de déguster un verre délicieux sans compromettre la sécurité routière.